L’Aïd, ou la fête du mouton, célébrée à La Maison |

L’Aïd, ou la fête du mouton, célébrée à La Maison

écrit le 05.08.2020

A La Maison cohabitent harmonieusement des enfants provenant de nombreux pays. Ils ont 2 ans, 8 ans, 16 ans, parfois plus, et viennent de la ville ou de la campagne. Rencontre de nationalités, de cultures, de mœurs et de religions différentes. Dans un esprit de respect mutuel et de partage. Nous marquons les principales fêtes religieuses chrétiennes et musulmanes sur place à La Maison, sans célébration à proprement parler.

Les fêtes religieuses, où qu’elles soient célébrées, sont des moments de bonheur et de partage au cours desquels on s’entoure généralement des personnes qui nous sont les plus chères et qui forment notre intimité familiale. Quel que soit le moment de leur célébration, en fonction des différentes cultures qu’elles concernent, ces fêtes se fondent sur un ensemble complexe de croyances et d’actes rituels. Elles renforcent, par la symbolique qu’elles véhiculent, le sentiment d’appartenance à un groupe, et cela périodiquement, selon les croyances historiques dans lesquelles elles s’inscrivent.

La plus importante fête du calendrier musulman

A La Maison de Massongex, nous avons la chance d’accueillir des enfants de différentes cultures et aux pratiques religieuses diverses. Tout au long de l’année, le calendrier de La Maison respecte ces traditions et en fait des moments privilégiés. Ainsi, à la fin de ce mois de juillet, la fête du sacrifice ou grande fête Aïd el-Kebir, appelée aussi la fête du mouton, a été célébrée dans tous les pays musulmans sous la forme du sacrifice d’un mouton, en commémoration de celui du bélier fait par le prophète Ibrahim (Abraham) en substitution du don de son fils Ismaël. Célébrée le dixième jour du douzième et dernier mois du calendrier musulman, cette fête est la plus importante pour cette communauté religieuse, symbole inégalable de la foi et de l’obéissance à Dieu, qui démontre avec force le refus absolu de tout sacrifice humain.

Famille, amis, voisins et nécessiteux, ensemble

La journée commence par des ablutions, puis chacun se pare de ses plus beaux vêtements pour aller prier, en famille, à la mosquée. Ensuite on prépare le mouton, dont la viande sera répartie entre la famille, les amis et les voisins sans oublier les pauvres et les nécessiteux. Pendant trois jours, les proches se réunissent, prient et se pardonnent les erreurs du passé en partageant le mouton. En effaçant les problèmes sociaux rencontrés jusqu’ici, ils peuvent, ensemble, se reconstruire. Cette fête religieuse est donc avant tout l’occasion de faire preuve de générosité et de piété.

Grande tablée autour du mouton

Pour les enfants concernés par cette fête, il semble difficile de la vivre ici, sans leur famille, puisque c’est le regroupement familial qui est l’un des fondements même de ces trois jours de fête. Comme chaque année, les cuisiniers de La Maison ont fait griller la viande toute la matinée, sous les yeux des enfants les plus curieux, qui l’ont dégustée et partagée au repas de midi. Une grande tablée bien décorée réunissant tous les enfants et le personnel a permis de donner un air de fête à cette journée.

Des fêtes religieuses qui rassemblent

Bien que l’on puisse noter quelques différences avec le rituel célébré en famille, les enfants ont apprécié le fait de vivre cette grande fête avec d’autres enfants et de partager le repas avec eux. Pour célébrer l’instant et honorer cette fête traditionnelle, les enfants se sont déguisés et plusieurs éducatrices et stagiaires de La Maison ont grimé leurs visages.

L’esprit de partage, de rencontre et de solidarité de cette célébration n’est pas sans nous rappeler l’esprit de Noël, même si ces deux fêtes n’ont rien en commun. Les familles se réunissent pour un moment privilégié qu’il est parfois difficile de revivre au cours de l’année en raison des occupations de chacun. Cet ensemble de traditions collectives se trouve recentré sur le foyer, mêlant ainsi le rite religieux au rituel familial. Ce moment de communion avec et en famille nous rassemble autour de valeurs essentielles et nous procure un grand réconfort moral favorisant le bien-être.

Dans ce monde de différences, n’oublions pas ce qui nous relie.