Plus d'un demi-siècle au service des enfants - Maison de Terre des hommes

Plus d’un demi-siècle au service des enfants

écrit le 28.10.2021

En 1963, Paul Veillon, Montheysan au grand cœur, répond à l’appel d’Edmond Kaiser qui cherche des familles d’accueil en Suisse pour des enfants vivant dans des camps suite à la guerre en Algérie. C’est ainsi que la fondation de Terre des hommes Valais voit le jour. La fondation fait l’acquisition de La Maison sur les hauts de Massongex quelques années plus tard en 1969 et l’inaugure en 1970. Une structure médicalisée qui permettra l’accueil de plus de 9’000 enfants en plus de 50 ans d’activité.

Véritable havre de paix, La Maison de Terre des hommes s’est développée au fil des années et a amélioré en permanence les conditions d’accueil des jeunes enfants qui y séjournent avant et après leurs opérations.

Un maillon essentiel de la chirurgie pédiatrique en Suisse

La Maison rappelle l’importance et l’envergure de sa mission et de son rôle. Cette institution absolument unique fait partie d’un programme très complexe faisant intervenir de nombreux partenaires en Suisse et dans le monde. Tous ces partenaires, sans exception, sont indispensables ; ils contribuent, ensemble et à divers niveaux, à sauver des vies, concrètement, jour après jour. Ils collaborent dans le cadre de programmes de prévention, de formation et de développement dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, notamment dans le cadre de missions chirurgicales. La Maison est au cœur du Programme soins spécialisés de Terre des hommes, en lien direct et permanent avec les hôpitaux universitaires de Genève et Lausanne. Osons prétendre qu’elle est un maillon essentiel de la chirurgie pédiatrique en Suisse romande.

Les hôpitaux universitaires de Genève ont acquis une expertise absolument fantastique avec toutes ces opérations et elles sont au bénéfice de nos patients genevois et suisses.

Pr Maurice Beghetti – Responsable de l’unité de cardiologie pédiatrique, chef de service des spécialités pédiatriques des HUG

Un engagement dans la durée

Un demi-siècle consacré aux plus défavorisés de ce monde a permis à La Maison de forger son engagement. Plus qu’une simple bâtisse, elle est un nid douillet pour les enfants, créé et conçu pour les accueillir et les soigner dans de bonnes conditions. Sans luxe ni excès ; dans la simplicité et avec le souci permanent de sécurité. Des milliers d’enfants dans le monde connaissent « ce haut lieu de la Vie », comme le disait Bernard Clavel. Ils ont été sauvés en Suisse, rien que ça ! Chaque semaine, 3 enfants de La Maison en moyenne sont opérés du cœur. On appelle volontiers leur parcours de soins « Voyage vers la Vie ». Peut-on être plus explicite ?

On mesure de nombreux progrès au niveau de la situation des enfants dans le monde, mais le travail est loin d’être achevé ; les informations quotidiennes délivrent les pires atrocités et inégalités sur notre vieille Terre. A La Maison, on vit l’espoir au quotidien et, surtout, on s’applique à le transformer en action. Le sourire des enfants, dans les situations les plus touchantes, malgré les difficultés et l’éloignement de la famille, constituent de multiples sources de motivation à poursuivre cette action et ainsi faire reculer les limites de ce qui peut parfois sembler impossible : un monde plus juste, plus humain.

Le concret du quotidien de La Maison n’est aucunement éloigné de la théorie des droits de l’enfant et la Convention reste l’instrument de référence de toute prise en charge, respectueuse des enfants et de leur dignité.

Jean Zermatten – Ancien Président du Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU

L’enfant au centre

La Maison répond toujours à une demande importante. Dans ce monde en per­pétuel développement, on peut espérer que les enfants seront soignés dans leur pays, près de leurs parents. Aujourd’hui. ça n’est pas encore le cas. La Maison se doit donc d’exister, d’ac­cueillir, de soigner et de contribuer au mieux aux progrès attendus de tous.

Le projet est indiscutablement beau, louable et nécessaire. Il est parfaitement cohérent par rapport à la Convention internationale de droits de l’enfant et même à la Constitution suisse qui évoque les notions de responsabilité vis-à-vis de la Création, de justice et d’équité, dès son préambule.

L’avenir n’a rien de simple. La pression finan­cière est permanente. La Maison n’est pas sub­ventionnée. Son budget (3.3 millions) repose uniquement sur des dons et des actions. Dans un monde heureusement très solidaire, mais avec des sollicitations de toutes sortes qui se multiplient en permanence, les défis que La Maison devra affronter à l’avenir sont énormes. Elle pourra y parvenir avec le soutien de celles et ceux qui, avec elle, pren­dront ces enfants par la main.

Nous nous engageons à poursuivre notre mis­sion avec cœur et compétences, sérieux et honnêteté. Tout ce que nous entreprendrons fera sens par rapport à la mission d’accueil et de soins à l’enfant. avec un souci permanent de qualité, sans luxe ni artifices inutiles.

Nous voulons être dignes de la confiance des enfants, de leurs familles, de nos partenaires, de nos bénévoles et de nos donateurs.