Solidarité dans les cabinets dentaires romands | Interview

Solidarité dans les cabinets dentaires romands

écrit le 03.09.2021

La solidarité des partenaires médicaux de La Maison


Si nos partenaires sont à l’honneur, ce n’est pas seulement pour leur incroyable implication, c’est parce que, sans eux, le programme Soins spécialisés n’existerait pas, pas plus que La Maison.

Les enfants les croisent souvent ces professionnels en blouses blanches aux visages toujours souriants. C’est avec tendresse et empathie qu’ils les prennent par la main dans des environnements bien mystérieux, parfois même inquiétants pour eux. Chez eux, sans l’intervention de Terre des hommes et de tout ce réseau, ils n’auraient pas survécu bien longtemps. Ces enfants, c’est Khadija du Maroc, Adem de Tunisie, ou encore Boune de Mauritanie parmi d’autres… Ils ont de l’énergie et de l’enthousiasme. Ils ont aussi – et surtout – des droits que nous tous, les états et les sociétés, avons la responsabilité de faire respecter.
Leur chance, la vraie, c’est d’être traités par des spécialistes extraordinaires de compétences. Ils bénéficient des meilleurs soins que notre pays peut offrir. On ne parle pas assez de l’importance du réseau de partenaires dans le fonctionnement de La Maison. Et pourtant le secret est là…
C’est la qualité de ce réseau qui apporte aux enfants pris en charge la guérison et une vie digne. L’engagement de chacun d’entre eux fait la force de ce programme de Soins spécialisés que nous pouvons et devons leur offrir.
Nous rendons honneur à l’ensemble de nos partenaires qui se démarquent par leur engagement professionnel et humain.

Soins dentaires

Chaque année, des médecins dentistes, assistés d’un personnel très qualifié s’investissent pour La Maison en mettant leur motivation, leurs compétences, et leur temps au service des enfants. Maladie cardiaque et santé bucco-dentaire sont intimement liés.

Seikou est installé dans les bras d’une convoyeuse bénévole. La doctoresse lui montre le petit miroir dont elle va se servir pour observer ses dents

Une carie non soignée tout comme une gencive malade sont de véritables portes d’entrées pour des bactéries ou des toxines. Les bactéries présentes dans la bouche peuvent migrer dans la circulation générale et venir se greffer sur le cœur avec un risque d’endocardite. L’endocardite est une inflammation de la paroi qui tapisse le cœur et les valves cardiaques ; cette maladie infectieuse peut être mortelle. Les maladies de la bouche sont une cause majeure d’endocardite infectieuse.
Dans les pays de provenance des enfants de La Maison, l’accès aux soins dentaires est inégalitaire, comme ceux aux soins médicaux. 80% des enfants pris en charge à La Maison souffrent d’une cardiopathie. Les affections bucco-dentaires sont, dans la mesure du possible, soignées lors du séjour de l’enfant en Suisse. Depuis de nombreuses années, des médecins dentistes soignent les enfants de La Maison gracieusement.

Bien souvent, soigner les dents des enfants nécessite une organisation de soins adaptée et spécifique qui n’est pas encore à la portée de nombreux pays en développement d’où proviennent les enfants de La Maison. Les familles pauvres ont moins accès aux informations sur la santé bucco-dentaire et aux produits d’hygiène orale. L’offre de soins, en personnel et en structures, est souvent faible et inégalement répartie. La plupart des dentistes exercent dans le secteur privé et dans les grandes villes. Les familles à revenu faible, qu’elles vivent en ville ou en campagne, ne sont pas en mesure de s’offrir des services de prévention et de traitement des affections bucco-dentaires. Il est donc fréquent que les enfants qui sont transférés aient besoin de soins dentaires. Ils sont des patients à risque. Une antibiothérapie prophylactique est systématiquement effectuée avant toute intervention pouvant entraîner une infection. Une collaboration étroite dans la chaîne de solidarité

Chaque traitement dentaire nécessite une étroite collaboration entre l’infirmerie de La Maison, les cardiologues des hôpitaux partenaires et les dentistes pour limiter le risque de complication durant l’intervention. Avant leur opération, les enfants se rendent dans les cabinets dentaires pour effectuer un bilan initial. Ce n’est qu’après leur opération que les soins dentaires peuvent être effectués. Sous traitement anti-coagulant suite à leur opération à cœur ouvert, les enfants sont exposés à des risques de complications lors de ces traitement dentaires (hémorragies). Les différentes équipes en charge de leur suivi examinent chaque dossier afin de déterminer la meilleure façon de procéder en réduisant, leur traitement anti-coagulant, par exemple.

La petite Zeinab, souriante et coopérante, dans le cabinet du dentiste

Les pathologies cardiaques, et particulièrement les cardiopathies congénitales, peuvent présenter de nombreuses difficultés pour la prise en charge au niveau des soins dentaires. Elle nécessite une excellente collaboration entre médecins traitants, l’infirmerie de La Maison et les dentistes.

Carlos Gutierrez, chef infirmer à La Maison de Terre des hommes

Gros problèmes bucco-dentaires pour les enfants ayant des séquelles de noma

La vie des enfants frappés par le noma ne peut que nous bouleverser; nous sommes subjugués par leur courage hors norme, leur capacité à survivre et à combattre, la tête haute. Quelle force les porte ? Nous voulons leur offrir les meilleurs soins possibles. Pour ces enfants, si gravement touchés, les traitements dentaires seront reconstructifs et esthétiques et feront appel à des techniques variables en fonction du cas clinique. Dans un premier temps, il s’agira de remettre en état la cavité buccale, afin de permettre ensuite une, généralement plusieurs, interventions chirurgicales reconstructives et esthétiques sur le visage, car les lésions sont souvent extrêmement complexes. Ces jeunes patients affrontent ces épreuves durant des séjours d’au moins une année en Suisse. La prise en charge demande beaucoup d’attention, de soutien et d’accompagnement.

Le noma est une maladie liée à la pauvreté et consécutive à la malnutrition, à la faiblesse des défenses immunitaires, à une mauvaise hygiène buccale et/ou à des blessures ou des lésions de la muqueuse buccale.

Narcose complète

Certains enfants peuvent souffrir de douleurs, notamment dentaires, et ont du mal à le faire comprendre aux personnes qui s’occupent d’eux. Parfois, c’est le personnel soignant, interne ou externe à l’institution qui peine à lui expliquer le traitement prévu. Dans le cadre des soins dentaires, le stress ou le manque de coopération peuvent nécessiter des soins sous narcose, bien plus confortables pour l’enfant,… et pour le dentiste.  

Un traitement dentaire sous anesthésie générale est une solution pour des enfants anxieux et qui ne coopèrent pas le médecin-dentiste traitant.

Carlos Gutierrez, chef infirmer à La Maison de Terre des hommes

Interview avec le Dr. Sage, dentiste au Cabinet Dentaire de Chalais

Comment avez-vous découvert La Maison ? Et quelles ont été vos motivations à offrir des soins aux enfants qui y séjournent ?

J’avais reçu le journal de La Maison dans ma boîte aux lettres il y a quelques années et il y avait un article intéressant sur les médecins qui s’engagent pour les enfants. Je m’étais dit « pourquoi pas le faire aussi ? ». C’est leur rendre service et on se sent utile. On participe activement à cette belle initiative pour les enfants qui sont accueillis en donnant de son temps et en partageant ses compétences. Tout le monde ne peut pas le faire, mais nous, oui. Et puis le projet, ces sauvetages, nous interpelle avec beaucoup de force.

« Ils ont malheureusement déjà beaucoup souffert, ils se laissent facilement soigner. Il y a un passif lourd. Leurs histoires nous touchent beaucoup. »

Dr Sage, dentiste

Comment se passent les consultations avec les enfants de La Maison ?

On essaie de mettre les enfants en confiance dans un premier temps. Il est vrai que pour beaucoup d’entre eux, c’est une découverte. On leur montre l’environnement et on leur explique ce qu’on va faire le plus doucement possible avec l’aide des assistantes qui les rassurent. Elles amènent un peu ce côté maternel lors des consultations. Ça nous fait au cœur car ils sont loin de leur famille. Tous ne comprennent pas le français, alors, parfois, s’ils viennent à plusieurs, ça nous aide lorsqu’un des enfants comprend mieux le français que les autres. Il agit comme un traducteur et leur explique les soins que nous allons faire. Il y a une caisse avec des jouets. On leur donne un jouet pour qu’ils soient un peu moins nerveux. Ce que l’on remarque c’est que les consultations des enfants de La Maison sont parfois plus faciles que celles d’enfants d’ici. Ils ont l’habitude de recevoir des soins pour leur pathologie et ont déjà séjourné dans des hôpitaux. C’est un constat un peu triste mais étant donné qu’ils ont malheureusement déjà beaucoup souffert, ils se laissent facilement soigner. Ils ont un passif lourd, ça nous fait mal au cœur. Leurs histoires nous touchent beaucoup.

L’assistante dentaire apaise Zeinab lors de sa consultation dentaire

Pour nous, c’est aussi revenir à l’essence de notre métier : soigner.

Dr Sage, dentiste

Pourquoi soutenez-vous La Maison en soignant gratuitement les enfants ?

On amène un peu notre pierre à l’édifice en faisant partie de cette structure très large et complexe de personnes qui accompagnent et aident ces enfants. On se rend utile. C’est satisfaisant de donner de son temps pour ces enfants, sans arrière-pensée, très simplement. La seule chose qu’on a en retour finalement, c’est que c’est désintéressé et que ça donne du sens à ce qu’on fait tous les jours. Pour nous, c’est aussi revenir à l’essence de notre métier : soigner. Je dirais que c’est un peu cette satisfaction-là, soigner de manière désintéressée des enfants qui en ont besoin et qui ne peuvent accéder à ces soins-là autrement.