Les enfants et le COVID-19 | Maison de Terre des hommes

Les enfants et le COVID-19

écrit le 22.06.2020

La résilience des enfants

Au début de la crise, 39 enfants sont hébergés à La Maison.

Ce nombre interpelle :

De qui parle t-on?
A quel problème de santé fait-on référence?

Pourquoi ces enfants sont -ils à La Maison?
De quoi ont-ils besoin?
Qui intervient auprès d’eux?
La Maison répond-elle au besoin de ces enfants dans cette situation de crise?

Toutes ces questions, vous vous les posez certainement.

Il s’agit d’enfants africains gravement malades  qu’on ne peut absolument pas soigner dans leurs pays respectifs. Les infrastructures et les compétences y sont insuffisantes.

Les familles ont très peu de moyens financiers et les assurances sociales n’existent pas. Ces enfants sont été pris en charge par Terre des hommes, dans le cadre du programme «Soins spécialisés». Ils sont accueillis en Valais à La Maison, une structure médicalisée leur offrant une prise en charge professionnelle, avec bienveillance et tendresse avant et après leurs séjours dans l’un des hôpitaux universitaires romands partenaires de ce programme.

La Maison: bien-être individuel et esprit communautaire

L’espace  et le mode de vie quotidien des enfants permet une convalescence rapide. La Maison est un espace d’intimité, un abri qui permet aux enfants de s’ouvrir aux  autres. Pour beaucoup, il est même un lieu d’enracinement provisoire, une bulle, dans laquelle chacun s’épanouit sereinement et en confiance. Elle est, et a toujours été un havre de sécurité. Au fil du temps, depuis son ouverture, il y a 50 ans, les responsables successifs vont développer et mettre en œuvre une forme d’accueil, de soin et d’accompagnement pérennes assurant une prise en charge de qualité par un personnel de plus en plus qualifié. Paradoxalement et malgré toutes les mesures contraignantes prises pour faire face à ce nouveau virus, un sentiment de profonde quiétude s’est renforcé à La Maison. L’admirable résilience des enfants, dont la crise sanitaire mondiale empêche de retrouver leurs proches, souligne les contours de cet espace refuge, unique en son genre. Plus que jamais, et en ces temps compliqués, La Maison fait rayonner sa vocation de lieu de vie et de partage. On y conjugue bien-être individuel et esprit communautaire  dans une optique de sérénité que l’on ressent d’ailleurs très fortement en passant le pas de porte de La Maison et en rencontrant les enfants.

Les enfants de La Maison solidaires du monde

Les enfants de La Maison ont réalisé des banderoles hautes en couleurs dans un esprit de solidarité avec le monde entier.

L’équipe d’éducateurs de La Maison a réalisé un travail de sensibilisation des enfants face à la crise actuelle. «Il est essentiel de leur expliquer, en termes simples, pour qu’ils puissent comprendre» nous dit Tania, responsable du secteur éducatif. Les enfants l’ont bien compris, la crise est mondiale. Lorsqu’ils parlent à leurs proches au téléphone, ils se rendent compte que la situation est la même partout. Alors, dans un élan de solidarité avec tout le monde, ils ont réalisé ces  beaux drapeaux arcs-en-ciel  véhiculant un message d’espoir: «Tout ira bien».

Spectacle des clowns de la fondation Théodora pour les enfants
Spectacle des clowns de la fondation Théodora pour les enfants

Ça nous aide de savoir que les enfants comprennent et qu’ils acceptent cette situation.

Alioune Ngom, Responsable du secteur éducatif

Des activités en plein-air pour recharger ses batteries

Avec la fermeture de l’école et du jardin d’enfants qui, en temps normal, font partie intégrante du quotidien des enfants, il a fallu redoubler de créativité pour occuper les journées des enfants. Les promenades en plein air ont été nombreuses durant les beaux jours, comme ici avec Murielle, éducatrice à La Maison, qui part en vadrouille avec quelques-uns des petits pensionnaires. «Ça leur permet de sortir un peu du cadre habituel , d’évacuer et de se changer les idées.» explique-t-elle. Ce jour-là, une dizaine d’enfants de la Maison principale part se balader. «Comme ils sont actuellement nombreux dans la Maison principale (26 enfants), c’est parfois chouette de les séparer pour leur donner un peu plus de place aux uns et aux autres. C’est un moment où ils sont plus calmes parce que moins nombreux.» raconte Murielle.

Les enfants profitent du beau temps pour une balade ne plein-air
Les enfants profitent du beau temps pour une balade en plein-air

L’impatience du retour chez eux

Les enfants de La Maison dont le traitement est terminé doivent s’armer de patience. Difficile de leur expliquer dans tous les détails les conséquences de la pandémie. Ce qu’ils ont généralement bien compris, c’est que les avions ne volent plus ou si peu.  Alors pour faire face à cette impatience grandissante, les enfants ont construit leurs propres avions avec des pinces à linge et des bâtonnets de glace.  L’avion biplan a suscité beaucoup d’intérêt, car il faut manger deux glaces avant les travaux de construction. Une activité pour leur donner le sourire, mais surtout de l’espoir. Emmanuel, originaire du Togo, nous montre fièrement sa création. Arrivé au début du mois de février en Suisse pour soigner une sténose de l’œsophage, ses consultations, jugées non-essentielles, ont été reportées pendant la crise du COVID-19. Progressivement, les dilatations qui visent à ouvrir son œsophage endommagé ont pu reprendre.

Les avions ne volent plus... Les enfants fabriquent les leurs
Les avions ne volent plus… Les enfants fabriquent les leurs

Un nouveau souffle

Edwige, 5 ans, vient du Togo. Elle est arrivée en Suisse en novembre 2019 pour bénéficier de soins nécessitant plusieurs opérations. Aujourd’hui, son vœu le plus cher alors qu’elle souffle sur ce pissenlit: retrouver bientôt ses parents et sa grande sœur.

La petite Edwige souffle sur un pissenlit lors d'une promenade
La petite Edwige souffle sur un pissenlit lors d’une promenade

Retrouver les bras de sa maman

Erica, 2 ans, le regard plein de malice, était à quelques jours du fameux retour chez «Papa-Maman» tant attendu par les enfants de La Maison. Arrivée en Suisse à l’approche de Noël, elle a été opérée d’une malformation cardiaque en ce début d’année. Au début du mois de mars, remise de son intervention, le retour chez elle était tout proche. La crise sanitaire actuelle l’empêche de retrouver les bras de sa maman. Elle restera avec nous, à La Maison, encore quelques temps.

Erica profite d'un moment en plein air dans les jardins de La Maison
Erica profite d’un moment en plein air dans les jardins de La Maison